La location étudiante en période de covid19 inquiète

Depuis un an passé, le covid19 met à mal les foyers français, en abordant pléthore de sujets d’actualité. De plus, la spécificité socio-économique des étudiants en font un public particulièrement sensible à la situation actuelle. Alors parlons peu, parlons bien. Comme de nombreux autres secteurs, la location étudiante a été impactée par la pandémie. C’est ainsi que la population estudiantine recherche à se loger. Cette année, la location étudiante connaît de profonds bouleversements.

Dans un premier temps, il faut savoir que le logement étudiant faisait partie, en 2017, des premiers postes de dépenses des familles modestes, et le quatrième pour les plus aisées.

Le conseil des agents immobiliers

Le plus sûr, c’est de garder son bien étudiant dans les zones où le marché locatif est tendu.

Des chiffres qui ont impacté la location étudiante en période de covid19

Plusieurs causes ont modifié le comportement des étudiants et de leurs parents. Notamment, on retrouve :

La cause ? Des cours en distanciel, avec près de 60% des logements loués aux étudiants abandonnés de manière prématuré

Le comportement des étudiants qui louent en période de covid19

Plus de la moitié des étudiants recherchent, en priorité, des studios ou appartement une pièce. On tombe à 20% du nombre d’étudiants qui recherchent de type T2. Globalement, avec la pandémie, les comportements vont vers plus d’espaces, notamment liés au confinement, mais aussi au télétravail. Et, nouvelle intéressante, la colocation devient de plus en plus plébiscitée par les étudiants. C’est un moyen simple de payer moins cher un loyer, et de rompre l’isolement, et près de 20% de la population estudiantine a d’or et déjà opté pour cette solution. A noter, qu’un étudiant vit en moyenne avec un budget logement de 603 euros. Enfin, le prix des loyers d’une location étudiante tourne autour de :

Chambres > 426 euros pour 14m².

Studio > 554 euros pour 23m²

Appart T1 > 544 pour 30 m²

Appart T2 > 707 € pour 41m²

Majoritairement, les étudiants privilégient la location de petites surfaces. Par exemple, 60% des étudiants lillois louent des logements de type T2 ou moins. A Lyon, Toulouse ou encore Nantes, ce chiffre descend entre 35 et 42%.

Investir dans l’immobilier en période de covid19

Economiser, voilà un mot qui revient souvent lorsqu’on circule dans le microcosme estudiantin. Pourquoi louer pour étudier, alors que vivre chez les parents, cela permet de faire des économies et de bosser sereinement ?

Cependant, ce sont des chiffres qui sont limités dans le temps. Un investissement immobilier, c’est un projet sur le long terme, et la vie étudiante ne dure qu’un temps.

Enfin, durant cette crise, pourquoi ne pas envisager d’effectuer des travaux ?

Et si on passait à l’action ?

Mon blog sur l’investissement locatif clé en main vous a plu ? Vous avez d’autres questions ou avez un projet immobilier clair ? Rejoignez notre communauté pour échanger avec moi en direct ou réservez un rendez-vous dès maintenant !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.